Imprimer

Sténose de la jonction urétréro-vésicale - la première consultation

Écrit par RP, chirurgien pédiatre.

La première consultation

Le chirurgien pédiatre est là pour vous expliquer ce qui va se passer à la naissance de votre enfant, quels sont les examens à prévoir et quand, quelles seront les suites à prévoir pour votre enfant et enfin, dans la mesure du possible, quel est le pronostic prévisible de la malformation.

Cette première consultation va comporter : 

  • une discussion concernant vos antécédents personnels, et ceux de votre famille. Il est en effet intéressant de savoir si il existe des anomalies urologiques chez les ascendants ou chez les frères et sœurs.
  • une étude des échographies antenatales qui permettra au chirurgien pédiatre de répondre à vos questions :
    • la gravité de la malformation va dépendre de plusieurs facteurs :
      • l'uni- ou bilatéralité de l'anomalie. L'existence d'un rein normal est un facteur d'excellent pronostic, le rein sain ayant tendance à grandir et grossir plus vite que l'autre.
      • la précocité de la découverte : plus l'anomalie est découverte tôt, plus le risque d'atteinte de la fonction rénale du côté atteint est important.
      • l'importance de la distension : plus les cavités sont distendues, plus la sténose est vraisemblablement serrée, et plus le rein souffre.
      • l'association avec d'autres anomalies, rénales ou extra-rénales est toujours préoccupante, traduisant une atteinte plus précoce.
      • la conduite à tenir immédiatement après la naissance :
  • les manœuvres AVANT la naissance n'ont, à l'heure actuelle, pas d'indication sauf cas exceptionnels.
  • les conditions de la naissance ne doivent pas être modifiées par l'uropathie : pas de déclenchement de l'accouchement, pas de césarienne à cause de cela.
  • dans les premiers jours de vie, avant la sortie de la maternité, une échographie rénale va confirmer le diagnostic. Si le chirurgien pédiatre déjà consulté peut passer voir les parents et l'enfant pour un premier examen, c'est l'idéal.
  • dès la sortie de la maternité, le bilan radiologique va être complété par une cystographieexamen radiologique qui permet d'étudier la vessie et de rechercher un reflux. Il se fait en mettant en général en place une petite sonde dans la vessie. C'est un examen qui peut être désagréable, mais qui n'est pas douloureux si il est bien fait. rétrograde ou suspubienne, à la recherche d'un reflux vésico-rénal et d'une urographieEtude radiologique dynamique de l'appareil urinaire. On injecte dans une veine un produit de contraste qui sera éliminé par le rein. Des clichés radiologiques sont faits à intervalle régulier de quelques minutes à quelques heures en fonction de la pathologie que l'on étudie. Elle permet d'apprécier la morphologie de l'appareil urinaire, ainsi que la dynamique de la fonction rénale intra-veineuse pour préciser la fonction du rein, l'importance de la sténose et le degré de dilatation des cavités rénales.
  • D'autres examens pourront être utiles, mais souvent un peu plus tard.
  • la possibilité pour vous de recontacter le chirurgien pédiatre si vous avez de nouvelles questions
  • la prévision d'un nouveau rendez-vous, si possible à la maternité, sinon le plus tôt possible après votre sortie.