Imprimer

Les amygdales - les suites

Écrit par JPA, ORL pédiatre.

La période post-opératoire à l’hôpital

 

Lorsque l’enfant revient dans sa chambre, il est préférable qu’un des parents soit présent. La reprise de l’eau est possible en milieu d’après-midi et les aliments (type compote ou glace) en fin d’après-midi. Certains vomissent assez facilement et, dans ce cas, la reprise de l’alimentation sera décalée.
Des traitements antibiotiques, anti-inflammatoires et antalgiques sont systématiquement administrés par voie veineuse ou orale. Si l’enfant présentait des apnées du sommeil, il est surveillé avec un capteur de son taux d’oxygène sanguin posé sur son doigt.
Il faut limiter les visites pour que l’enfant puisse se reposer.
En début de soirée, l’ORL revoit l’enfant pour vérifier qu’il n’y a pas d’hémorragie, que la douleur est bien contrôlée. Il remet aux parents l’ordonnance du traitement post-opératoire et la feuille du régime alimentaire. S'il n'y a pas de saignement, de vomissement ou de fièvre, l’enfant peut quitter l’hôpital le lendemain matin avec une ordonnance de traitement post-opératoire et une feuille de régime alimentaire.

La période post-opératoire à la maison

Pendant une semaine, l’enfant doit rester à la maison. Il ne peut aller à l’école ou à la crèche. Seules quelques sorties sont possibles.
Il faut bien suivre le traitement, notamment antalgiquemédicaments contre la douleur , pour faciliter le repos et le sommeil. Le régime alimentaire va du froid et pâteux vers une alimentation plus chaude et consistante au bout d’une semaine. Certains enfants mangent très peu pendant cette période, il ne faut pas les forcer, ils se rattraperont plus tard…
Un contrôle avec l’ORL est souhaitable une semaine après l’intervention. Ceci permet de contrôler l’état des loges amygdaliennes. Celles-ci sont recouvertes d’un enduit fibrineux blanc assez épais. Ce n’est pas du pus. Ce dépôt va être progressivement remplacé par la muqueuse. Pendant toute cette période de cicatrisation (environ 2 semaines) il faudra éviter tous les aliments agressifs type croûte de pain, chips, biscottes…
L’enfant peut reprendre l’école au bout d’une semaine de convalescence en étant attentif à la poursuite du régime pendant encore une semaine s’il mange à la cantine.

 

Uvula
La voix de l’enfant est souvent plus aiguë après l’intervention. Déjà au bout d’une semaine, les parents notent une nette amélioration du sommeil de l’enfant.

Quelques idées reçues :

  •  L’asthme ou l’allergie sont des contre-indications à l’amygdalectomie : FAUX. L’anesthésiste en tiendra évidemment compte pour l’intervention.
  • L’enfant attrape plus de bronchites après l’amygdalectomie : FAUX.
  • Il y a une baisse d’immunité après l’ablation des amygdales : FAUX passé la période post-opératoire.
  • Il faut attendre l’âge de 6 ans pour enlever les amygdales : FAUX, tout dépend du contexte. On peut opérer des enfants très jeunes en cas d’apnée du sommeil.

Les complications

  • Les complications immédiates :
    • Une hémorragie post-opératoire immédiate est rare mais peut nécessiter une réintervention pour coaguler le vaisseau responsable.
    • Du fait de l’utilisation d’un ouvre-bouche, on peut observer des lésions de la langue, des lèvres ou d’une dent. Ces lésions sont le plus souvent bénignes et guérissent en quelques jours.

 

  • Les complications secondaires
    • On peut observer une hémorragie jusqu’au 15èmejour post-opératoire (chute d’escarre). Elle peut être favorisée par des aliments irritants (chips, croûte de pain, gâteau sec…) ou suite à des efforts violents (reprise de sport trop précoce). Il faut dans ce cas contacter le chirurgien ORL ou le service d’urgence immédiatement. Une réintervention peut s’avérer nécessaire.
    • Des modifications de la voix par fuite d’air peuvent persister et nécessiter une rééducation orthophonique. En revanche, après l’ablation de volumineuses amygdales, la voix paraîtra plus aigue, ceci est normal.

 

  • Les complications graves ou exceptionnelles
    • Tout acte médical, investigation, exploration, intervention sur le corps humain, même conduit dans des conditions de compétence et de sécurité conformes aux données actuelles de la science et de la réglementation en vigueur recèle un risque de complication.
    • Une complication exceptionnelle doit être signalée : c'est l'hémorragie majeure, qui survient en règle pendant l'intervention et qui peut imposer une opération au niveau du cou pour effectuer l'hémostase.

 

En conclusion,

L'amygdalectomie a parfois mauvaise réputation peut-être parce qu’elle a été, à une époque, réalisée de manière trop systématique.

Actuellement ses indications se sont affinées et elle rend des services inestimables notamment en cas d’amygdales obstructives.