Imprimer

Hydrocèle et kyste du cordon

Écrit par RP, chirurgien pédiatre.

Le kyste du cordon ou l'hydrocèle vaginale du garçon résulte de la mauvaise fermeture d'un petit canal qui existe lors de la vie intra-utérine pour permettre la descente du testicule. Ils peuvent s'associer à une hernie inguinale. Ce canal s'appelle le canal péritonéo-vaginal.

Selon la façon dont le canal reste ouvert traduit l'existence de l'hydrocèle

hydrocèle

ou du kyste du cordon.

 kyste du  cordon

 

La différence entre les deux n'est qu'une affaire de spécialiste, et n'a aucune incidence sur le traitement. Nous parlerons donc indistinctement de l'un ou de l'autre. Ils peuvent se manifester à tout âge chez l'enfant, mais la découverte est de moins en moins fréquente, à mesure que l'âge augmente. Le contenu est exclusivement formé de liquide, fabriqué par le péritoine et qui se résorbe régulièrement. Ceci est complètement différent de l'hydrocèle pouvant survenir chez l'adulte dont la cause est une maladie de la

vaginale testiculairemembrane très fine qui entoure le testicule entourant le testicule. 

Le plus souvent, ils se manifestent chez un nourrisson par une petite tuméfaction (une petite boule) au dessus du testicule (kyste du cordon) ou autour du testicule (hydrocèle), d'un côté ou de l'autre, voire des deux.

hydrocèle bilatérale

 

Cette tuméfaction est plus ou moins volumineuse, et a tendance à varier de volume dans la journée, traduisant le mouvement du liquide dans les deux sens. Elle diminue souvent lors du sommeil. Ils peuvent également s'associer à une hernie inguinale (même origine, mais canal beaucoup plus large, laissant passer des organes intra-abdominaux).

Habituellement, il n'y a pas de douleur en rapport avec cette anomalie. Seule une brutale augmentation de volume pourra entraîner une gêne ou une douleur au niveau des bourses. Aucun examen complémentaire n'est utile, en particulier aucune échographie. Une simple lampe de poche permettra de faire le diagnostic.

 

hydrocèle transillumination

 

La guérison spontanée est la règle dans 70 à 80% des cas. Celle-ci peut survenir jusque vers 9-12 mois. Après il n'y a plus aucune chance de guérison. La seule solution est donc chirurgicale. Celle-ci ne comporte pas de risque important, mais elle doit se faire sous anesthésie générale, avec les risques (très faibles) que cela implique. De même, ce n'est pas une intervention particulièrement compliquée, mais elle demande une minutie extrême pour ne rien abîmer. Elle doit être faite par un chirurgien qui en a une grande expérience, et au mieux par un chirurgien pédiatre.