Imprimer

Ectopie testiculaire - Cryptorchidie - à long terme

Écrit par RP, chirurgien pédiatre.

Plusieurs éléments sont à considérer :

  • l'incidence sur la fertilité. On a beaucoup accusé l'ectopie testiculaire d'être vecteur de stérilité. La vérité est moins simple. De nombreux paramètres entrent en ligne de compte :

 

    • l'uni ou bilatéralité de l'ectopie
    • la position du testicule
    • le type d'intervention
    • la pratique de l'opérateur
    • la qualité intrinsèque du testicule

 

Si la bilatéralité de l'ectopie est un facteur majeur de diminution de la fertilité, Il apparaît que même des ectopies unilatérales correctement opérées, avec un testicule controlatéral de bonne qualité, peuvent entraîner à elles seules des problèmes de stérilité. La biopsie testiculaire qui était très prisée il y a une vingtaine d'années n'a plus d'indication actuellement. Il est également important de préciser qu'une composante psychogène est très importante dans les phénomènes de stérilité, et il n'y a pas lieu d'alerter l'enfant (ou le jeune homme) avant que des tentatives sérieuses de procréation aient été effectuées. Enfin si un des testicules a été enlevé, il n'y a pas d'incidence particulière sur la fertilité.

Ceci ne doit pas tourner à l'obsession, car on sait faire aujourd'hui des fécondations in vitro (FIV) avec très peu de spermatozoïdes.

 

  • la conduite à tenir devant la monorchidie (un seul testicule) quelle que soit sa cause. Le fait d'avoir un seul testicule ne pose aucun problème en soi, si ce n'est qu'il faut y faire dix fois plus attention ! Deux types de problèmes peuvent survenir :
    • La torsion du testicule dont le risque est l'ischémietraduit une souffrance de l'organe, par une diminution de l'afflux sanguin. Ceci peut toucher tous les organes, les membres, etc... , voire la nécroseC'est le terme ultime de l'ischémie, avec un arrêt complet de l'arrivée de sang dans l'organe qui de ce fait meurt et pourrit. . Elle doit être impérativement prévenue par une fixation du testicule isolé. La période de prédilection de ces torsions se situe aux alentours de la puberté. Cette fixation doit donc être faite avant : soit au cours d'un des temps opératoires, soit entre 3 et 5 ans pour éviter l'interférence scolaire.
    • La fracture du testicule occasionnée par un traumatisme violent. Il est bien évident qu'on ne peut élever son fils dans un cocon sous prétexte qu'il n'a qu'un seul testicule, mais on peut l'orienter vers des sports à moindre risque. Il est par exemple souhaitable d'éviter les sports de combat, de contact violent. Il est par contre illusoire de vouloir les empêcher de faire des sports collectifs type football ou rugby. Il faudra leur faire comprendre que le port d'une coquille est indispensable lors de ces pratiques. Votre chirurgien pédiatre vous conseillera au mieux pour ces orientations.

 

  • Il faut également savoir qu'il est toujours possible de mettre en place une prothèse en plastique pour rendre un aspect esthétique "normal". Cette mise en place ne pourra se faire que sur la demande de l'intéressé lui-même, après la puberté pour bien apprécier la taille de la prothèse à mettre en place. L'expérience montre que bien peu de jeunes gens monorchides font cette demande.
  • Enfin, il faut savoir que le risque de survenue d'un cancer testiculaire est supérieur à celui constaté dans la population générale, même si le testicule est correctement abaissé (risque multiplié par 4). Celui-ci peut même survenir sur le testicule controlatéral qui était spontanément en place Il s'agit de cancer dont le pronostic est excellent lorsqu'il est diagnostiqué tôt. "L'avantage" du testicule est qu'il est extériorisé et palpable. Il faut donc expliquer à l'adolescent que l'autopalpation doit être systématique et que le moindre changement survenant dans le contenu scrotal doit faire consulter rapidement.

 

En conclusion, la découverte d'une ectopie testiculaire chez un enfant doit faire envisager rapidement une intervention chirurgicale, au mieux vers 9 mois, pour limiter des complications dont certaines peuvent être importantes. L'interrogation de votre pédiatre s'impose, et celui-ci vous orientera rapidement vers le chirurgien pédiatre de son choix.