Imprimer

Varicocèle - suites opératoires

Écrit par RP, chirurgien pédiatre.

Les suites opératoires

  • A court terme,
    • Par voie traditionnelle, il est souvent nécessaire de mettre en place un petit drain pendant 24-48 heures. La dissociation musculaire et le grand décollement nécessaire se traduisent souvent par des douleurs post-opératoires qu'il conviendra de traiter. La sortie se fait vers le 4-5ème jour. La reprise scolaire sera faite entre le 8ème et le 18ème jour, la reprise sportive vers un mois.
    • Par cœlioscopie, la sortie a lieu le lendemain (la cœlioscopie en ambulatoire reste à l'étude). La reprise scolaire et sportive peut se faire immédiatement. Il n'y a que très peu de douleurs post-opératoires
  • A moyen et long terme,
    • la varicocèle ne va jamais disparaître. Elle va s'affaisser, n'étant plus irriguée par le flux sanguin. En conséquence la bourse va rester légèrement plus grosse qu'à droite.
    • La récidive va survenir dans 10% des cas environ. Il s'agit parfois d'une récidive très précoce, traduisant une insuffisance de traitement, mais parfois au bout de plusieurs années. La recherche de la cause de la récidive passe souvent par une phlébographie, avec parfois une embolisation dans le même temps. La reprise chirurgicale est également possible.
    • La survenue d'une hydrocèle vaginale, par insuffisance de drainage (et non pas par persistance du canal comme c'est habituel dans les hydrocèles et kystes du cordon. Celle-ci peut survenir dans environ 10% des cas, entre 1 et 10 ans après la première intervention. Son traitement est bien codifié par plicature de la vaginale testiculaireenveloppe située autour du testicule, entraînant alors une guérison totale.
  • A plus long terme, nous ne reviendrons pas sur les risques pour la fertilité qui dépassent à la fois le cadre de cet article, et les compétences du chirurgien pédiatre.

En conclusion,

la varicocèle est une anomalie assez fréquente du système veineux génital du garçon. Son apparition entre 10 et 15 ans passe souvent inaperçue pendant un certain temps. Son traitement, quand il s'impose, cherche à améliorer le confort local, et à prévenir les troubles éventuels de la fertilité. Concernant ceux-ci, il semble qu'il y ait intérêt à rester assez vague sur ce risque qu'on évalue mal, et à ne pas faire d'étude systématique du spermogramme, le risque étant d'induire une majoration des phénomènes par des facteurs psychogènes.